Città Nuova

stdClass Object
(
    [id] => 19670
    [title] => Contre la gradualité
    [alias] => contre-la-gradualite
    [introtext] => 

On apprend à renaître/2 - Les grands changements ne se font pas toujours à petits pas, et la nécessité de procéder étape par étape ne doit pas devenir un obstacle à la prise d'initiatives urgentes.

par Luigino Bruni

publié dans Città Nuova le 24/01/2024 - Extrait de la revue Città Nuova n° 10/2023

Nous avons récemment commémoré les soixante ans du grand discours prophétique de Martin Luther King, I have a dream, prononcé à Washington le 28 août 1963. En me remémorant ce discours, j'ai été frappé par un passage : « Ce n'est pas le moment de boire le tranquillisant de la gradualité» Il était très critique à l'égard de cette idée profondément ancrée selon laquelle les grands changements ne peuvent se produire immédiatement parce que la grande complexité de la réalité à changer exige un processus graduel et une politique des petits pas. La gradualité fait l'objet d'un large consensus parce qu'elle met l'accent sur une vraie valeur, celle de l'inclusion, de la nécessité d'impliquer les différents acteurs qui jouent un rôle dans la création des problèmes et donc aussi dans leur résolution. D'où les grands processus de consultation à la base, les questionnaires, les nombreuses commissions pour s’assurer qu’on avance ensemble dans le processus de changement.

[fulltext] =>

Cela ne veut pas dire que la progression graduelle ne doit jamais être adoptée ou qu'elle est toujours erronée. La question est autre : pourquoi Martin Luther King y était-il si opposé ? Parce que, tout simplement, il voyait dans ceux qui invoquaient la politique des petits pas un alibi pour continuer à repousser des réformes et des changements urgents et évidents (l'apartheid, par exemple), et parce qu'elle agissait, auprès des hommes de pouvoir, comme un "tranquillisant" de la conscience. L'appel à une valeur, même valable en soi, n'est devenu qu'une justification du statu quo : la plupart du temps, ceux qui s'opposent à un processus nécessaire le font au nom d'une bonne raison.

Tous les changements ne se produisent pas par petites étapes. En physique, l'eau passe de l'état liquide à l'état solide en un instant, les révolutions ne se font pas progressivement, car certains processus explosent lorsqu'un seuil critique est franchi. Aujourd'hui, par exemple, ceux qui continuent à prôner une politique graduelle dans le domaine du changement climatique et de la transition écologique (le mot même de transition implique l'idée de petits pas) utilisent presque toujours ce beau mot pour ralentir un changement qui était si urgent il y a vingt ans. Le fait d’associer tous les gouvernements et les différents acteurs économiques est un élément essentiel de la problématique environnementale ; c'est la cause première du fait que nous assistons comme paralysés au déclin rapide et inexorable du climat. Lorsque le bateau coule ou que la maison brûle, personne ne pense à convoquer une assemblée pour décider avec des procédures complexes ce qu'il faut faire : il faudrait un capitaine qui assume la responsabilité des choix et qui les fasse. Le monde n'a pas de capitaine (et c'est tant mieux) et d'ailleurs nous sommes en train de couler ; mais ce " capitaine " peut et doit émerger d'en bas, de la population mondiale, de processus civils qui peuvent conduire à des décisions rapides et efficaces remplaçant l'absence de " capitaines " - et espérons seulement qu'ils soient pacifiques et non-violents.

Mais ce qui est étonnant, c'est que la gradualité s'installe même dans les communautés et les mouvements spirituels où les "capitaines" sont là, où il y a une équipe dirigeante qui pourrait et devrait prendre les décisions urgentes. Et au lieu de cela, trop souvent, même ici face à des crises générales et graves qui nécessiteraient des changements rapides, on préfère la méthode graduelle, la création de commissions qui relateront un jour les besoins qui ont émergé avec l'espoir (un peu naïf) qu'à la fin une synthèse sera faite de toute l'information qui aura été recueillie. Et voilà que les années passent ainsi que les équipes responsables, les maladies s'aggravent, et tandis que les médecins discutent de ce qu'il faut faire, le patient commence à mourir.

Une erreur propre à ces méthodes graduelles touche aussi l'économie. Les aspects économiques sont les premiers à émerger lors d'une crise, mais ils sont les derniers à être abordés, car l'économie est un indicateur de phénomènes beaucoup plus larges et plus profonds que l'économie elle-même. Les indicateurs économiques sont comme le voyant rouge d'une voiture qui signale une panne de moteur : il vous dit de réparer le moteur et, une fois qu'il est réparé, le voyant s'éteint de lui-même. Au lieu de cela, on commence par revoir l'économie sans comprendre les maladies structurelles qui ont généré la crise économique, et plus on redresse l'économie, plus la maladie s'aggrave.

La qualité d'un gouvernement en temps de crise dépend en grande partie de la capacité des responsables à sentir, d'instinct, où se trouvent les problèmes du "moteur" et à agir en conséquence. Ils devront encaisser des critiques, des accusations de dirigisme, mais peut-être sauveront-ils le corps en souffrance.

Credits foto: © Unseen Histories su Unsplash

[checked_out] => 0 [checked_out_time] => 0000-00-00 00:00:00 [catid] => 890 [created] => 2024-01-30 06:39:27 [created_by] => 64 [created_by_alias] => Luigino Bruni [state] => 1 [modified] => 2024-02-06 13:38:44 [modified_by] => 64 [modified_by_name] => Antonella Ferrucci [publish_up] => 2024-01-30 06:39:27 [publish_down] => 0000-00-00 00:00:00 [images] => {"image_intro":"","float_intro":"","image_intro_alt":"","image_intro_caption":"","image_fulltext":"","float_fulltext":"","image_fulltext_alt":"","image_fulltext_caption":""} [urls] => {"urla":false,"urlatext":"","targeta":"","urlb":false,"urlbtext":"","targetb":"","urlc":false,"urlctext":"","targetc":""} [attribs] => {"article_layout":"","show_title":"","link_titles":"","show_tags":"","show_intro":"","info_block_position":"","info_block_show_title":"","show_category":"","link_category":"","show_parent_category":"","link_parent_category":"","show_associations":"","show_author":"","link_author":"","show_create_date":"","show_modify_date":"","show_publish_date":"","show_item_navigation":"","show_icons":"","show_print_icon":"","show_email_icon":"","show_vote":"","show_hits":"","show_noauth":"","urls_position":"","alternative_readmore":"","article_page_title":"","show_publishing_options":"","show_article_options":"","show_urls_images_backend":"","show_urls_images_frontend":"","helix_ultimate_image":"images\/2024\/01\/26\/Martin_Luther_King_ant.jpg","helix_ultimate_image_alt_txt":"","spfeatured_image":"images\/2024\/01\/26\/Martin_Luther_King_ant.jpg","helix_ultimate_article_format":"standard","helix_ultimate_audio":"","helix_ultimate_gallery":"","helix_ultimate_video":"","video":""} [metadata] => {"robots":"","author":"","rights":"","xreference":""} [metakey] => [metadesc] => [access] => 1 [hits] => 58 [xreference] => [featured] => 1 [language] => fr-FR [on_img_default] => 0 [readmore] => 4556 [ordering] => 0 [category_title] => FR - CN [category_route] => economia-civile/it-editoriali-vari/it-cn [category_access] => 1 [category_alias] => fr-cn [published] => 1 [parents_published] => 1 [lft] => 81 [author] => Luigino Bruni [author_email] => ferrucci.anto@gmail.com [parent_title] => IT - Editoriali vari [parent_id] => 893 [parent_route] => economia-civile/it-editoriali-vari [parent_alias] => it-editoriali-vari [rating] => 0 [rating_count] => 0 [alternative_readmore] => [layout] => [params] => Joomla\Registry\Registry Object ( [data:protected] => stdClass Object ( [article_layout] => _:default [show_title] => 1 [link_titles] => 1 [show_intro] => 1 [info_block_position] => 0 [info_block_show_title] => 1 [show_category] => 1 [link_category] => 1 [show_parent_category] => 1 [link_parent_category] => 1 [show_associations] => 0 [flags] => 1 [show_author] => 0 [link_author] => 0 [show_create_date] => 1 [show_modify_date] => 0 [show_publish_date] => 1 [show_item_navigation] => 1 [show_vote] => 0 [show_readmore] => 0 [show_readmore_title] => 0 [readmore_limit] => 100 [show_tags] => 1 [show_icons] => 1 [show_print_icon] => 1 [show_email_icon] => 1 [show_hits] => 0 [record_hits] => 1 [show_noauth] => 0 [urls_position] => 1 [captcha] => [show_publishing_options] => 1 [show_article_options] => 1 [save_history] => 1 [history_limit] => 10 [show_urls_images_frontend] => 0 [show_urls_images_backend] => 1 [targeta] => 0 [targetb] => 0 [targetc] => 0 [float_intro] => left [float_fulltext] => left [category_layout] => _:blog [show_category_heading_title_text] => 0 [show_category_title] => 0 [show_description] => 0 [show_description_image] => 0 [maxLevel] => 0 [show_empty_categories] => 0 [show_no_articles] => 1 [show_subcat_desc] => 0 [show_cat_num_articles] => 0 [show_cat_tags] => 1 [show_base_description] => 1 [maxLevelcat] => -1 [show_empty_categories_cat] => 0 [show_subcat_desc_cat] => 0 [show_cat_num_articles_cat] => 0 [num_leading_articles] => 0 [num_intro_articles] => 14 [num_columns] => 2 [num_links] => 0 [multi_column_order] => 1 [show_subcategory_content] => -1 [show_pagination_limit] => 1 [filter_field] => hide [show_headings] => 1 [list_show_date] => 0 [date_format] => [list_show_hits] => 1 [list_show_author] => 1 [list_show_votes] => 0 [list_show_ratings] => 0 [orderby_pri] => none [orderby_sec] => rdate [order_date] => published [show_pagination] => 2 [show_pagination_results] => 1 [show_featured] => show [show_feed_link] => 1 [feed_summary] => 0 [feed_show_readmore] => 0 [sef_advanced] => 1 [sef_ids] => 1 [custom_fields_enable] => 1 [show_page_heading] => 0 [layout_type] => blog [menu_text] => 1 [menu_show] => 1 [secure] => 0 [helixultimatemenulayout] => {"width":600,"menualign":"right","megamenu":0,"showtitle":1,"faicon":"","customclass":"","dropdown":"right","badge":"","badge_position":"","badge_bg_color":"","badge_text_color":"","layout":[]} [helixultimate_enable_page_title] => 1 [helixultimate_page_title_alt] => Città Nuova [helixultimate_page_subtitle] => Économie Civile [helixultimate_page_title_heading] => h2 [page_title] => Città Nuova [page_description] => [page_rights] => [robots] => [access-view] => 1 ) [initialized:protected] => 1 [separator] => . ) [displayDate] => 2024-01-30 06:39:27 [tags] => Joomla\CMS\Helper\TagsHelper Object ( [tagsChanged:protected] => [replaceTags:protected] => [typeAlias] => [itemTags] => Array ( [0] => stdClass Object ( [tag_id] => 195 [id] => 195 [parent_id] => 1 [lft] => 387 [rgt] => 388 [level] => 1 [path] => a-rinascere-si-impara [title] => A rinascere si impara [alias] => a-rinascere-si-impara [note] => [description] => [published] => 1 [checked_out] => 0 [checked_out_time] => 0000-00-00 00:00:00 [access] => 1 [params] => {} [metadesc] => [metakey] => [metadata] => {} [created_user_id] => 64 [created_time] => 2023-12-21 11:43:48 [created_by_alias] => [modified_user_id] => 0 [modified_time] => 2023-12-27 12:09:35 [images] => {} [urls] => {} [hits] => 257 [language] => * [version] => 1 [publish_up] => 2023-12-21 11:43:48 [publish_down] => 2023-12-21 11:43:48 ) ) ) [slug] => 19670:contre-la-gradualite [parent_slug] => 893:it-editoriali-vari [catslug] => 890:fr-cn [event] => stdClass Object ( [afterDisplayTitle] => [beforeDisplayContent] => [afterDisplayContent] => ) [text] =>

On apprend à renaître/2 - Les grands changements ne se font pas toujours à petits pas, et la nécessité de procéder étape par étape ne doit pas devenir un obstacle à la prise d'initiatives urgentes.

par Luigino Bruni

publié dans Città Nuova le 24/01/2024 - Extrait de la revue Città Nuova n° 10/2023

Nous avons récemment commémoré les soixante ans du grand discours prophétique de Martin Luther King, I have a dream, prononcé à Washington le 28 août 1963. En me remémorant ce discours, j'ai été frappé par un passage : « Ce n'est pas le moment de boire le tranquillisant de la gradualité» Il était très critique à l'égard de cette idée profondément ancrée selon laquelle les grands changements ne peuvent se produire immédiatement parce que la grande complexité de la réalité à changer exige un processus graduel et une politique des petits pas. La gradualité fait l'objet d'un large consensus parce qu'elle met l'accent sur une vraie valeur, celle de l'inclusion, de la nécessité d'impliquer les différents acteurs qui jouent un rôle dans la création des problèmes et donc aussi dans leur résolution. D'où les grands processus de consultation à la base, les questionnaires, les nombreuses commissions pour s’assurer qu’on avance ensemble dans le processus de changement.

[jcfields] => Array ( ) [type] => intro [oddeven] => item-odd )
Contre la gradualité

Contre la gradualité

On apprend à renaître/2 - Les grands changements ne se font pas toujours à petits pas, et la nécessité de procéder étape par étape ne doit pas devenir un obstacle à la prise d'initiatives urgentes. par Luigino Bruni publié dans Città Nuova le 24/01/2024 - Extrait de la revue Città Nuova n° 10/2023...
stdClass Object
(
    [id] => 19661
    [title] => Ce nouvel arc-en-ciel qui existe
    [alias] => ce-nouvel-arc-en-ciel-qui-existe
    [introtext] => 

On apprend à renaître/1 - Pourquoi de nombreuses réformes communautaires commencent-elles sous les meilleurs auspices et s'arrêtent-elles ensuite ?

par Luigino Bruni

publié dans Città Nuova le 20/12/2023 - Extrait de la revue Città Nuova n° 9/2023

L'art le plus précieux et le plus rare à apprendre lorsqu'on entame la réforme d’une communauté consiste à réussir à aller au fond du processus. Sa première phase est presque toujours accompagnée de consensus, d'encouragements et d'applaudissements, parce que, généralement, les mouvements et les communautés commencent à se réformer trop tardivement, quand il est désormais évident presque pour tout le monde que de nombreux changements sont nécessaires s'ils ne veulent pas mourir ; et donc la nouvelle équipe dirigeante qui entreprend ce travail de réforme est saluée comme un sauveur. Peu de gens savent que cette réforme nécessaire aurait dû être réalisée de nombreuses années auparavant, lorsque les symptômes de la maladie collective étaient encore presque invisibles et que tout parlait de santé et de succès.

[fulltext] =>

C'est pourquoi les premiers jours d'un processus de rénovation, de toute rénovation d'un corps en souffrance, se déroulent sans heurts, rapidement, accompagnés d'une satisfaction et d'un grand soulagement, dans la perspective d'une guérison nécessaire. Les réformateurs se sentent soutenus par toute la communauté, et tout se déroule dans une atmosphère d'optimisme et de renouveau prometteur. On comprend donc que, dans les réformes, les moments les plus importants et les plus décisifs sont les seconds, et non les premiers, cette "seconde phase" où l'ouverture de crédit presque infinie du début se réduit, puis s'épuise.

De nombreuses réformes se bloquent, s'enlisent dans cette deuxième phase et n'atteignent pas la troisième, celle, essentielle, de leur mise en œuvre réelle et concrète, lorsque les annonces auraient dû se transformer en changements majeurs dans la gouvernance. Il en va ainsi de ces jeunes qui plongent avec leur seul masque parce qu'ils savent qu'après dix mètres ils arriveront dans une grotte émergée aux couleurs magnifiques : après les premiers mètres, ils sentent que leur oxygène diminue, ils ont peur, font demi-tour et refont surface. S'ils avaient tenu quelques secondes de plus, ils auraient atteint l'atmosphère de la belle grotte, mais au lieu de cela, ils se sont arrêtés à mi-chemin.

Pourquoi nous arrêtons-nous ? Que se passe-t-il dans la phase intermédiaire qui bloque les réformes nécessaires que (presque) tout le monde souhaite ? Un indice des raisons de l'échec de la deuxième phase nous est suggéré par le philosophe français De Tocqueville (La démocratie en Amérique), avec son célèbre "paradoxe". En étudiant les révolutions et les transformations sociales des peuples, Tocqueville s'était rendu compte d'une chose importante : dès que les membres d'une communauté commencent à voir les premiers signes tant attendus de changement, de nouvelle participation et de démocratie, ils commencent à exiger de plus en plus, bien plus que ce que les réformateurs peuvent concrètement faire dans cette première phase.

L'appétit pour la réforme croît beaucoup plus vite que ses premiers résultats. Ainsi, les réformateurs qui ont été appréciés, loués et encouragés au moment de l'annonce de la réforme, une fois engagées leurs premières actions réformatrices, voient l'estime originelle se transformer en critique et en insatisfaction parce que ces premiers changements apparaissent trop timides, trop lents et trop insuffisants. En même temps, cette insatisfaction issue aujourd'hui de ceux-là mêmes qui étaient naguère enthousiastes, génère déception et découragement chez les réformateurs car ils considèrent ces critiques comme injustes et ingrates. Cet "effet de tenaille" - critique de la communauté et découragement de l’équipe dirigeante - peut stopper subitement l'exploration d'un retournement rapide.

De nombreuses réformes inabouties sont celles qui ont échoué au cours de la deuxième phase, et non celles qui n'ont jamais été entamées. Cependant, une réforme commencée et non achevée est pire qu'une réforme ratée. En effet, alors qu'une communauté qui n'a jamais tenté une réforme nécessaire peut toujours en amorcer une, lorsqu'une communauté a échoué dans une première réforme, il devient très difficile, voire impossible, d'en commencer une seconde, car la gestion de ce premier échec a consommé une grande partie de l'énergie disponible, et ce premier enthousiasme collectif, nécessaire pour entamer la seconde réforme éventuelle, sera très réduit, voire inexistant. Dans les réformes des communautés charismatiques, seule "la première est bonne", la seconde possibilité, qui existe toujours, est (facilement) inefficace.

Ainsi, lorsque l’équipe dirigeante d'une communauté met la main à une réforme, elle doit être consciente que la deuxième phase de critique et de découragement viendra. Elle doit en tenir compte et ne pas se laisser surprendre par leur arrivée. Ainsi, lorsque nous serons à bout de souffle, nous continuerons à plonger avec confiance, à la recherche du nouvel arc-en-ciel.

 

Credits foto: © 14578371 da Pixabay

[checked_out] => 0 [checked_out_time] => 0000-00-00 00:00:00 [catid] => 890 [created] => 2023-12-27 06:41:40 [created_by] => 64 [created_by_alias] => Luigino Bruni [state] => 1 [modified] => 2024-01-18 11:24:37 [modified_by] => 64 [modified_by_name] => Antonella Ferrucci [publish_up] => 2023-12-27 06:41:40 [publish_down] => 0000-00-00 00:00:00 [images] => {"image_intro":"","float_intro":"","image_intro_alt":"","image_intro_caption":"","image_fulltext":"","float_fulltext":"","image_fulltext_alt":"","image_fulltext_caption":""} [urls] => {"urla":false,"urlatext":"","targeta":"","urlb":false,"urlbtext":"","targetb":"","urlc":false,"urlctext":"","targetc":""} [attribs] => {"article_layout":"","show_title":"","link_titles":"","show_tags":"","show_intro":"","info_block_position":"","info_block_show_title":"","show_category":"","link_category":"","show_parent_category":"","link_parent_category":"","show_associations":"","show_author":"","link_author":"","show_create_date":"","show_modify_date":"","show_publish_date":"","show_item_navigation":"","show_icons":"","show_print_icon":"","show_email_icon":"","show_vote":"","show_hits":"","show_noauth":"","urls_position":"","alternative_readmore":"","article_page_title":"","show_publishing_options":"","show_article_options":"","show_urls_images_backend":"","show_urls_images_frontend":"","helix_ultimate_image":"images\/2023\/12\/21\/Arcobaleno@Pixabay_14578371_ant.jpg","helix_ultimate_image_alt_txt":"","spfeatured_image":"images\/2023\/12\/21\/Arcobaleno@Pixabay_14578371_ant.jpg","helix_ultimate_article_format":"standard","helix_ultimate_audio":"","helix_ultimate_gallery":"","helix_ultimate_video":"","video":""} [metadata] => {"robots":"","author":"","rights":"","xreference":""} [metakey] => [metadesc] => [access] => 1 [hits] => 60 [xreference] => [featured] => 1 [language] => fr-FR [on_img_default] => 0 [readmore] => 4813 [ordering] => 0 [category_title] => FR - CN [category_route] => economia-civile/it-editoriali-vari/it-cn [category_access] => 1 [category_alias] => fr-cn [published] => 1 [parents_published] => 1 [lft] => 81 [author] => Luigino Bruni [author_email] => ferrucci.anto@gmail.com [parent_title] => IT - Editoriali vari [parent_id] => 893 [parent_route] => economia-civile/it-editoriali-vari [parent_alias] => it-editoriali-vari [rating] => 0 [rating_count] => 0 [alternative_readmore] => [layout] => [params] => Joomla\Registry\Registry Object ( [data:protected] => stdClass Object ( [article_layout] => _:default [show_title] => 1 [link_titles] => 1 [show_intro] => 1 [info_block_position] => 0 [info_block_show_title] => 1 [show_category] => 1 [link_category] => 1 [show_parent_category] => 1 [link_parent_category] => 1 [show_associations] => 0 [flags] => 1 [show_author] => 0 [link_author] => 0 [show_create_date] => 1 [show_modify_date] => 0 [show_publish_date] => 1 [show_item_navigation] => 1 [show_vote] => 0 [show_readmore] => 0 [show_readmore_title] => 0 [readmore_limit] => 100 [show_tags] => 1 [show_icons] => 1 [show_print_icon] => 1 [show_email_icon] => 1 [show_hits] => 0 [record_hits] => 1 [show_noauth] => 0 [urls_position] => 1 [captcha] => [show_publishing_options] => 1 [show_article_options] => 1 [save_history] => 1 [history_limit] => 10 [show_urls_images_frontend] => 0 [show_urls_images_backend] => 1 [targeta] => 0 [targetb] => 0 [targetc] => 0 [float_intro] => left [float_fulltext] => left [category_layout] => _:blog [show_category_heading_title_text] => 0 [show_category_title] => 0 [show_description] => 0 [show_description_image] => 0 [maxLevel] => 0 [show_empty_categories] => 0 [show_no_articles] => 1 [show_subcat_desc] => 0 [show_cat_num_articles] => 0 [show_cat_tags] => 1 [show_base_description] => 1 [maxLevelcat] => -1 [show_empty_categories_cat] => 0 [show_subcat_desc_cat] => 0 [show_cat_num_articles_cat] => 0 [num_leading_articles] => 0 [num_intro_articles] => 14 [num_columns] => 2 [num_links] => 0 [multi_column_order] => 1 [show_subcategory_content] => -1 [show_pagination_limit] => 1 [filter_field] => hide [show_headings] => 1 [list_show_date] => 0 [date_format] => [list_show_hits] => 1 [list_show_author] => 1 [list_show_votes] => 0 [list_show_ratings] => 0 [orderby_pri] => none [orderby_sec] => rdate [order_date] => published [show_pagination] => 2 [show_pagination_results] => 1 [show_featured] => show [show_feed_link] => 1 [feed_summary] => 0 [feed_show_readmore] => 0 [sef_advanced] => 1 [sef_ids] => 1 [custom_fields_enable] => 1 [show_page_heading] => 0 [layout_type] => blog [menu_text] => 1 [menu_show] => 1 [secure] => 0 [helixultimatemenulayout] => {"width":600,"menualign":"right","megamenu":0,"showtitle":1,"faicon":"","customclass":"","dropdown":"right","badge":"","badge_position":"","badge_bg_color":"","badge_text_color":"","layout":[]} [helixultimate_enable_page_title] => 1 [helixultimate_page_title_alt] => Città Nuova [helixultimate_page_subtitle] => Économie Civile [helixultimate_page_title_heading] => h2 [page_title] => Città Nuova [page_description] => [page_rights] => [robots] => [access-view] => 1 ) [initialized:protected] => 1 [separator] => . ) [displayDate] => 2023-12-27 06:41:40 [tags] => Joomla\CMS\Helper\TagsHelper Object ( [tagsChanged:protected] => [replaceTags:protected] => [typeAlias] => [itemTags] => Array ( [0] => stdClass Object ( [tag_id] => 195 [id] => 195 [parent_id] => 1 [lft] => 387 [rgt] => 388 [level] => 1 [path] => a-rinascere-si-impara [title] => A rinascere si impara [alias] => a-rinascere-si-impara [note] => [description] => [published] => 1 [checked_out] => 0 [checked_out_time] => 0000-00-00 00:00:00 [access] => 1 [params] => {} [metadesc] => [metakey] => [metadata] => {} [created_user_id] => 64 [created_time] => 2023-12-21 11:43:48 [created_by_alias] => [modified_user_id] => 0 [modified_time] => 2023-12-27 12:09:35 [images] => {} [urls] => {} [hits] => 257 [language] => * [version] => 1 [publish_up] => 2023-12-21 11:43:48 [publish_down] => 2023-12-21 11:43:48 ) ) ) [slug] => 19661:ce-nouvel-arc-en-ciel-qui-existe [parent_slug] => 893:it-editoriali-vari [catslug] => 890:fr-cn [event] => stdClass Object ( [afterDisplayTitle] => [beforeDisplayContent] => [afterDisplayContent] => ) [text] =>

On apprend à renaître/1 - Pourquoi de nombreuses réformes communautaires commencent-elles sous les meilleurs auspices et s'arrêtent-elles ensuite ?

par Luigino Bruni

publié dans Città Nuova le 20/12/2023 - Extrait de la revue Città Nuova n° 9/2023

L'art le plus précieux et le plus rare à apprendre lorsqu'on entame la réforme d’une communauté consiste à réussir à aller au fond du processus. Sa première phase est presque toujours accompagnée de consensus, d'encouragements et d'applaudissements, parce que, généralement, les mouvements et les communautés commencent à se réformer trop tardivement, quand il est désormais évident presque pour tout le monde que de nombreux changements sont nécessaires s'ils ne veulent pas mourir ; et donc la nouvelle équipe dirigeante qui entreprend ce travail de réforme est saluée comme un sauveur. Peu de gens savent que cette réforme nécessaire aurait dû être réalisée de nombreuses années auparavant, lorsque les symptômes de la maladie collective étaient encore presque invisibles et que tout parlait de santé et de succès.

[jcfields] => Array ( ) [type] => intro [oddeven] => item-even )
Ce nouvel arc-en-ciel qui existe

Ce nouvel arc-en-ciel qui existe

On apprend à renaître/1 - Pourquoi de nombreuses réformes communautaires commencent-elles sous les meilleurs auspices et s'arrêtent-elles ensuite ? par Luigino Bruni publié dans Città Nuova le 20/12/2023 - Extrait de la revue Città Nuova n° 9/2023 L'art le plus précieux et le plus rare à apprendr...