About us
© Stefania Casellato
qui suis-je

"Je suis un économiste et un historien de la pensée économique, et je m’intéresse toujours plus à l'éthique, aux études bibliques, à la littérature. Ces centres d’ intérêt secondaires se sont développés au fil des ans au point de changer la nature de ma profession, qui est en constante évolution. Parce que lorsque j'ai essayé d'approfondir les termes "économiques" qui me fascinaient depuis le début de mes études - bien-être, bonheur, réciprocité, marché, don, réciprocité, gratuité... - je me suis progressivement rendu compte que ces mots « basiques » sont trop riches et trop complexes pour être bien compris et expliqués par la seule science économique, pas même par cette économie que j'avais moi-même contribué à ouvrir aux questions sociales et civiles.

Les différentes disciplines, sans exception aucune, meurent lorsqu'elles tentent de passer de la théorie à la vie. Pour ressusciter, elles doivent commencer à dialoguer avec leurs sœurs, les autres disciplines, car les verbes qui ouvrent la vie et l'expliquent doivent être conjugués à la première personne du pluriel (nous).

Ainsi, aujourd'hui, mon travail de recherche intellectuelle fait alterner des articles de théorie économique avec des commentaires bibliques, des livres sur l'histoire de la pensée économique avec d'autres sur la nature religieuse du capitalisme, et aucune de ces approches ne peut à elle seule exprimer ce qui occupe mon esprit et mon cœur aujourd'hui."

Image
About us
© Stefania Casellato
qui suis-je

"Je suis un économiste et un historien de la pensée économique, et je m’intéresse toujours plus à l'éthique, aux études bibliques, à la littérature. Ces centres d’ intérêt secondaires se sont développés au fil des ans au point de changer la nature de ma profession, qui est en constante évolution. Parce que lorsque j'ai essayé d'approfondir les termes "économiques" qui me fascinaient depuis le début de mes études - bien-être, bonheur, réciprocité, marché, don, réciprocité, gratuité... - je me suis progressivement rendu compte que ces mots « basiques » sont trop riches et trop complexes pour être bien compris et expliqués par la seule science économique, pas même par cette économie que j'avais moi-même contribué à ouvrir aux questions sociales et civiles.

Les différentes disciplines, sans exception aucune, meurent lorsqu'elles tentent de passer de la théorie à la vie. Pour ressusciter, elles doivent commencer à dialoguer avec leurs sœurs, les autres disciplines, car les verbes qui ouvrent la vie et l'expliquent doivent être conjugués à la première personne du pluriel (nous).

Ainsi, aujourd'hui, mon travail de recherche intellectuelle fait alterner des articles de théorie économique avec des commentaires bibliques, des livres sur l'histoire de la pensée économique avec d'autres sur la nature religieuse du capitalisme, et aucune de ces approches ne peut à elle seule exprimer ce qui occupe mon esprit et mon cœur aujourd'hui."

Image
Articles scientifiques
1.
Special Issue: Happiness, Capabilities, and Opportunities
International Review of Economics, 2020, 67, (1), 1-3
3.
Martin Luther and the different spirits of capitalism in Europe
International Review of Economics, 2019, 66, (3), 221-231
4.
The rent disease: Achille Loria’s criticism to the capitalistic society
The European Journal of the History of Economic Thought, 2019, 26, (1), 1-22
5.
Capitalism and Its New–Old Religion: a Civil Economy PerspectiveJournal for Markets and Ethics, 2018, 6, (1), 121-131
6.
The plural roots of rewards: awards and incentives in Aquinas and GenovesiThe European Journal of the History of Economic Thought, 2018, 25, (4), 637-657 View citations (3)
15.
Jeremy Aldeman: Worldly Economist: The odyssey of Albert O. HirschmanInternational Review of Economics, 2013, 60, (3), 343-348
16.
Michael Sandel: What money can’t buy: the moral limits of marketsInternational Review of Economics, 2013, 60, (1), 101-106
18.
Reclaiming Virtue Ethics for EconomicsJournal of Economic Perspectives, 2013, 27, (4), 141-64 View citations (21)
19.
IntroductionInternational Review of Economics, 2012, 59, (4), 321-333
27.
28.
Frey, B.: Happiness. A revolution in economicsJournal of Economics, 2009, 98, (2), 177-179
29.
Testing theories of reciprocity: Do motivations matter?Journal of Economic Behavior & Organization, 2009, 71, (2), 233-245 View citations (52)
See also Working Paper (2009)
31.
Dynamics of relational goodsInternational Review of Economics, 2008, 55, (1), 113-125 View citations (6)
32.
FRATERNITY: WHY THE MARKET NEED NOT BE A MORALLY FREE ZONE*Economics and Philosophy, 2008, 24, (1), 35-64 View citations (31)
33.
Reciprocity: theory and factsInternational Review of Economics, 2008, 55, (1), 1-11 View citations (3)
34.
Watching alone: Relational goods, television and happinessJournal of Economic Behavior & Organization, 2008, 65, (3-4), 506-528 View citations (168)
See also Working Paper (2005)
39.
Pareto’s methodological projectInternational Review of Economics, 2006, 53, (4), 423-450
40.
A Note on the «Obscure» (to Mirowski) Giovanni VailatiHistory of Economic Ideas, 2004, 12, (1), 119-121
42.
The 'Happiness transformation problem' in the Cambridge traditionThe European Journal of the History of Economic Thought, 2004, 11, (3), 433-451 View citations (6)
43.
The “Technology of Happiness†and the Tradition of Economic ScienceJournal of the History of Economic Thought, 2004, 26, (1), 19-44 View citations (8)
que suis-je en train de faire
Image
Image
Image
Image